Bien choisir son massicot

Le massicot est particulièrement utile si vous avez besoin de découper avec précision une ou plusieurs feuilles de papier, du carton, du plastique, des photos ou autre papier imprimé dans à un format particulier, pour vos travaux de bureau ou vos loisirs créatifs, vous gagnerez un temps précieux en utilisant un massicot adapté à vos besoins.
Principalement utilisé au départ dans l’imprimerie, le massicot trouve désormais sa place dans les petites entreprises ou administrations pour finaliser leurs travaux d’impression avec une coupe nette à angle droit grâce à une lame extrêmement coupante, mais aussi dans des ateliers de particuliers pour leurs créations personnelles.
Ce site peux vous aider si vous souhaitez achetez un massicot. Qu’allez-vous choisir comme modèle de massicot ou rogneuse pour réaliser la coupe de vos feuilles ?

Quel type de massicot pour quelle utilisation ?

Le massicot manuel

Placé Sur table ou sur stand, le support est intégré au massicot lui-même
Capacité de coupe : 5mm à 80mm soit de 150 à 1000 feuilles
Il permet de couper des paquets feuilles, carton, plastique souple donc peut être utile et pratique pour les loisirs créatifs pour particuliers.
Il convient également aux petites entreprises et administration pour découpage à angle droit au format A4, A5, A6…. (Imprimé, papier, prospectus, cartes de visite…) pour un usage peu intensif et donc ponctuel.

Le massicot électrique

Bien plus adapté pour un usage plus intensif et découpe en une seule fois jusqu’à 2000 feuilles, le massicot électrique trouve sa place dans l’entreprise
Il est indispensable à certaines administrations avec un coût plus élevé.
Dans tous les cas, la qualité de coupe reste optimale aussi bien avec un massicot électrique que manuel

Le massicot automatique et hydraulique : le modèle dédié professionnel dédié à l’imprimerie.
professionnel de l’imprimerie
Tri-lames pour les livres essentiellement
Détecteur infrarouge pour plus de sécurité + nombreux coups de poings pour arrêt immédiat

Choisir son massicot selon différents critères

Quelques questions à se poser :

  • selon les formats à découper : déterminer la profondeur en estimant la longueur maximale des documents à découper. La profondeur du massicot doit être au moins = à la longueur du document final
  • Observer la capacité du massicot pour connaitre l’ouverture de coupe et le nombre de feuilles à découper en une seule action
  • Usage quotidien ou ponctuel ? Coupes répétitives ou non ?

L’histoire du massicot

Vers 1830, on crée un principe de coupe de papier en faisant fonctionner une cisaille avec un levier tirant une bielle qui entraine un porte-lame jusqu’à la table et la remonte.
Puis un 1844, un ouvrier français du nom de Guillaume Massiquot invente et fait breveter le premier massicot, avec comme la particularité d’une coupe à l’aide d’une lame contre un support. Une pile de feuilles de papier est bloquée par une butée à la descente d’une lame à mouvement oblique pour couper simultanément cette pile. Cette machine était actionnée au moyen d’un volant et d’un engrenage manuel. Pour schématiser, il s’agit d’une sorte de guillotine à papier qui se différencie de la cisaille constituée d’une lame s’abaissant le long d’une contre-lame comme une paire de ciseaux, et de la rogneuse qui est composée d’une lame circulaire que l’on fait coulisser le long d’un support métallique (on l’appelle souvent « massicot circulaire »).
Les massicots contemporains utilisent toujours le principe du modèle breveté et se composent aujourd’hui d’un bâti solide sur une table de travail surmontée d’une arche qui contient la presse et la lame. Au moyen d’une équerre intégrée réglable, on positionne le papier avec des repères pour contrôler l’alignement de la pile pour une coupe de grande précision.